Démarche

Démarche

Avant que Mei-Kuei Feu consacre ses énergies aux images produites par la capture de la lumière, sa pratique en peinture (à l'université de Taiwan) lui a permis de découvrir son intérêt pour les motifs transformés par le temps et l’humidité tels que les moisissures. Ils ont une apparence sans éclat et à la fois pleine de vitalité. Après tant d'année, elle retrouve cette qualité dans son dernier projet souffle, une sorte de «vide» qui pourtant n'est pas «néant».

Elle œuvre en image photographique et mouvante depuis 1996. Son exploration artistique aborde la complicité entre l'incertitude de la mémoire et de la vraisemblance des images. Elle est intéressée à créer des images qui invitent à y vivre. Par le biais de l'installation, elle examine le rapport du corps humain et son environnement, notamment le lieu de passage quotidien. En superposant et juxtaposant, elle les associe à divers matériaux et aux conditions architecturales pour créer un lieu évoquant la résurrection d'une mémoire obscure.

Afin d'amalgamer la mémoire et le lieu, elle introduit des actions non performatives dans sa pratique. Ces mémoires sensibles, fragiles et persistantes, qu'elle a puisées dans son enfance, contribuent à recréer un être vulnérable et polymorphe.

Ses œuvres révèlent souvent un univers composé d'éléments défectueux, négatifs, flous, brumeux, sombres et évanescents qui font la face cachée du monde idéal. Ces éléments dessinent une zone indéterminée dédiée à l'imagination. Ils rappellent à un état de transition entre la luminosité et l'obscurité, entre l'émergence et l'évanescence où engendrent la possibilité d’alternance et de changement.